Nick Jordan : les illustrateurs

La carrière de Nick Jordan ayant été relativement longue, plusieurs dessinateurs se sont succédés tout au long des 41 romans. Certains ont eu l’honneur des couvertures, d’autres se sont limités aux dessins intérieurs mais tous ont donné un visage et un style au héros. Cette page a pour but de les remercier. Les biographies n’ont évidemment rien d’exhaustives et le lecteur curieux pourra toujours trouver sur le Net bien d’autres sources d’informations à commencer par celles citées en référence.


joubert_scout
Pierre Joubert

A tout seigneur, tout honneur. Essentiellement connu pour ses travaux sur le scoutisme, Pierre Joubert a illustré des centaines de revues, un bon millier de livres pour une quantité impressionnante de maison d’éditions.

Pierre Joubert est né à Paris le 27 juin 1910. Adolescent, il entre à l’École des Arts Appliqués. En 1924 un copain lui propose de l’emmener aux scouts « juste pour voir ». Intéressé le jeune Pierre Joubert rejoint bientôt le mouvement et devient rapidement Chef de Patrouille. Il marie alors ses deux passions, le scoutisme et le dessin et est repéré par le Commissaire National Éclaireur qui lui propose de dessiner pour la revue Scouts de France. En 1927 il réalise sa première couverture et en 1934 devient illustrateur permanent. Il gravit bon nombre d’échelon jusqu’en 1960 où il rejoint les Scouts d’Europe. L’influence de Pierre Joubert a été grande puisque il a contribué au rajeunissement des uniformes et est surtout l’auteur de l’insigne des Scouts de France ainsi que de leur étendard. Ses travaux pour le scoutisme sont innombrables mais on retiendra surtout ses illustrations pour les Signes de Piste.

Parallèlement à sa carrière scoute, Pierre Joubert travaille pour tous les secteurs de l’édition, journaux, revues, publicité, illustrant tous les thèmes. Mais une bonne partie de son lectorat le connaît pour ses travaux d’illustration des couvertures d’ouvrages publiés pour les Éditions Gérard, vous aurez reconnu la collection qui nous intéresse : Marabout Junior. Dès les débuts de la collection, Pierre Joubert réalise une bonne partie des couvertures ainsi que des illustrations intérieures. C’est lui qui le premier donnera un visage à Bob Morane ainsi qu’à Nick Jordan. La totalité des couvertures réalisées pour ce dernier héros sont sur se site, toutefois je ne résiste pas aux plaisirs d’en rajouter quelques unes destinées à montrer l’étendue de son talent.

Pierre Joubert est décédé à La Rochelle, le 13 janvier 2002, à l’âge de 91 ans.

joubert_vernes joubert_vauziere joubert_bourgeois

Pour en apprendre plus sur Pierre Joubert :

Haut de la page



attanasioDino Attanasio

Doit-on encore présenter Dino Attanasio? Illustrateur, dessinateur d’un nombre impressionnant de séries en bandes dessinées, cet artiste a également travaillé pour la presse, le cinéma et la publicité.

Dino Attanasio est né à Milan le 18 mai 1925. Passionné de dessin il suit les cours à l’Académie des Beaux Arts de Milan. Son premier travail professionnel est une collaboration sur La rose de Bagdad, un dessin animé long métrage. Il débute dans la bande dessinée en 1943 et enchaîne avec de nombreuses illustrations dans la presse italienne. En 1947 il quitte l’Italie pour la Belgique ou il commence à travailler pour Publiciné. Une rencontre avec Jean-Michel Charlier lui permet de prendre pied chez Spirou ou il dessine une multitude de Belles histoires de l’Oncle Paul. C’est alors qu’il est remarqué par Jean-Jacques Schellens, l’un des piliers des Éditions Gérard, qui s’apprête à lancer la collection Marabout Junior. Dino Attanasio se voit confier les illustrations intérieures de ces ouvrages. Il illustrera ainsi une bonne cinquantaine de Bob Morane et les trois premières aventures de Nick Jordan.

Nick Jordan signé par son dessinateur

De 1955 à 1957, il illustre pour Femmes d’aujourd’hui des scénarios d’Henri Vernes relatant des histoires « vécues » : A l’assaut de l’Everest et Fawcett, le naufragé de la forêt vierge. C’est ainsi qu’il devient le premier dessinateur des bandes dessinées consacrées à Bob Morane toujours sur des scénarios d’Henri Vernes. En 1956 il crée plusieurs personnages pour l’hebdomadaire Line et entre au Journal de Tintin. Il y créera le célèbre Spaghetti ainsi que Jimmy Stone sur un scénario de… André Fernez. Puis viendront Johnny Goodbye, Bandonéon le gaucho triste, Macaronis.

En 1982 Dino Attanasio revient au réalisme en dessinant Le soleil des damnés pour les éditions Deligne Michel. En 1984 Il était une fois dans l’Oued décrit une O.P.A sur la Belgique sur un scénario de Lambrexhe. Poursuivant dans un nouveau style, il illustre le Décaméron pour les éditions Lefrancq. Ces même éditions publieront en 1994 La galère engloutie, une ancienne mais inédite aventure de Bob Morane.

Les illustrations :
Ci-dessus :
Dino Attanasio en pleine séance de dédicace au salon de la BD d’Angers en 2000
Nick Jordan par Attanasio (qui ne souvenait plus avoir illustré ce héros!)
Ci-dessous :
Il Signor Spaghetti
Le Décaméron de Boccace
Modeste et Pompon

attanasio_spaghetti attanasio_boccace attanasio_modeste

Pour en apprendre plus sur Dino Attanasio :

Haut de la page



Nick Jordan par LievensHenri Lievens

Moins populaire que Pierre Joubert, Henri Lievens est pourtant un illustrateur de grand talent reconnu par ses pairs. Son œuvre se compte en milliers d’illustrations.

Henri Lievens naît le 10 avril 1920. Il étudie la peinture à l’Académie Royale des Beaux-Arts d’Anvers. En 1955 il entre aux éditions Gérard ou il illustre la totalité des collections à l’exception de Marabout Junior domaine réservé de Pierre Joubert. On lui doit entre autres les remarquables couvertures des romans de Jean Ray. Toutefois en 1972 Pierre Joubert arrête son travail sur Bob Morane et c’est tout naturellement Henri Lievens qui prend la relève. Il dessine les nouvelles couvertures mais aussi celles des rééditions ou il copie allègrement les travaux de Pierre Joubert. En fait le but est de donner au héros un visage plus proche de celui de Claude Titre, le comédien qui interprète le rôle dans la série TV. Les puristes préféreront les illustrations de Pierre Joubert beaucoup mieux composées et plus fouillées.

Henri Lievens a très peu travaillé sur Nick Jordan. On ne lui doit que deux couvertures, une série d’illustrations intérieures et les frontispices des Pocket Marabout.

 lievens_sylvie  lievens_ray  lievens_bm

Pour en apprendre plus sur Henri Lievens :

Haut de la page



aidans_interieurÉdouard Aidans

Lancé très tôt dans le monde de la bande dessinée, Aidans est rapidement devenu l’un de ces auteurs qui constituent la toile de fond de l’école franco-belge.

Édouard Aidans est né le 30 août 1930 à Andennes en Belgique. Il s’initie très tôt au dessin en reproduisant les images qu’il trouve dans les tablettes de chocolat. C’est également un grand dévoreur de bandes dessinées. Il apprend l’art de la photographie mais cela ne le passionne pas et il part s’installer à Bruxelles où il suit les cours du soir de l’Académie des Beaux-Arts. C’est là qu’il fait ses premières rencontres avec le milieu de la bande dessinée. Il entre à Spirou ou il réalise une série des Histoires de l’Oncle Paul.

Il collabore également à Line et entre à Tintin où il travaille sous le pseudonyme de Joke. A partir de 1960 il devient un collaborateur attitré de ce journal. Il réalise sa première histoire, Le dossier vert, et crée les personnages de Bob Binn, Tounga et Marc Franval. Il illustre aussi les pages de jeu du journal.

Il travaille pour Pilote avec la série Alex Vainclair.

Toujours pour Tintin il crée en 1971 la série Les panthères. En 1975 c’est l’apparition de Gour le Ba-Lourh pour Achille Talon Magazine et de Tony Stark pour Super-As.

Dans les années 90 il reprend le personnage de Bernard Prince et publie un nouvel épisode de Tounga pour le Lombard.

Parallèlement à cette carrière bien remplie il forme des jeunes dessinateurs qui ont depuis fait parler d’eux : Magda, Chris Lamquet et Marc Hardy…

Quel que soit le genre abordé Édouard Aidans est reconnu comme un véritable auteur populaire.

Les Franval par Aidans Tounga par Aidans

Pour en apprendre plus sur Édouard Aidans :

Haut de la page



Nick Jordan par Eddy PaapeEddy Paape

Complétement autodidacte, Eddy Paape fait partie de cette génération de dessinateurs qui ont appris le métier sur le tas en collaborant avec leurs pairs.

Eddy Paape est né le 03 juillet 1920 à Grivegnée en Belgique. Il passe huit années à l’Institut Saint Luc où il suit des études de décoration, de peinture et de publicité. Pendant les années de guerre, il travaille dans une société spécialisée dans la réalisation de dessins animés. Ses collègues ont pour nom : Eggermont, Franquin, Peyo et Morris. Quand la société fait faillite Eddy Paape reprend la peinture puis rentre chez Dupuis grâce à Franquin et Morris.

Il commence par illustrer des romans pour un journal féminin. Il travaille ensuite avec Joseph Gillain (alias Jigé) sur Valhardi et sur Emmanuel. Jigé décide de quitter la France pour le Mexique et propose à Eddy Paape de reprendre le personnage de Valhardi pour le magazine Spirou. N’étant pas satisfait de son travail sur ce personnage Eddy Paape, avec l’accord de son éditeur, arrête la série. Entre temps il illustre quelques épisodes des Histoires de l’oncle Paul ce qui lui permet de rencontrer Jean-Michel Charlier avec lequel il crée le personnage d’André Lefort pour le journal Risque-tout. Toujours avec Jean-Michel Charlier, il crée en 1955 le personnage de Marc Dacier. Treize épisodes verront le jour jusqu’au moment où Eddy Paape quitte les éditions Dupuis.

Quelques temps plus tard il entre chez Tintin, journal avec lequel il a déjà collaboré sous le pseudonyme de Forget. En 1967 il crée avec Greg le personnage de Luc Orient. Puis il illustre les Jeux de Toah sur un scénario de Jean-Paul Duchâteau, Tommy Blanco sur un scénario de Greg, Yorik des Tempêtes sur un scénario de Duchâteau et Udolfo sur un scénario de Andréas et Duchâteau.

En 1968 il fonde le cours « Bandes Dessinées » à l’institut Saint-Luc de Bruxelles où il enseigne quelques temps.

Parallèlement à ses activités, il collabore sous pseudonyme à divers journaux comme Pilote, Record, La Libre Belgique ou Spatial.

En 1988 il travaille avec Sohier et Jean Dufaux sur Les Jardins de la peur et en 1991 il lance pour le Lombard, Carol détective. Enfin Lefrancq publie Johnny Congo sur un scénario de Greg.

Eddy Paape est décédé à Bruxelles le 12 mai 2012.

Luc Orient André Valhardi

Pour en apprendre plus sur Eddy Paape :

Haut de la page


Alexander Linder

Je ne possède malheureusement aucun renseignement sur cet illustrateur.

Haut de la page / Accueil Nick Jordan


Les pages présentées sur ce site sont personnelles et ne peuvent de ce fait être copiées sur quelque support que ce soit sans l’autorisation écrite de l’auteur.
© 2000-2014 Le portail de Telly