Tau Zéro

Tau ZéroL’aventure ultime : le premier vol habité hors du système solaire…

Terre. XXIIIe siècle. Ils sont cinquante. Vingt-cinq femmes, vingt-cinq hommes. Parmi les meilleurs dans leurs domaines : astrophysiciens, mathématiciens, biologistes, astronavigateurs… Leur mission est la plus sidérante qui soit : rejoindre l’étoile Beta Virginis en quête d’une nouvelle Terre. Ils disposent pour ce faire du plus stupéfiant des vaisseaux, le Leonora Christina, dernier né de sa génération, un navire capable de puiser son énergie au cœur même de l’espace et d’évoluer à des vitesses relativistes…
Un voyage de trente-deux années-lumière. Un voyage sans retour. Et tous le savent. Tel est le prix que sont prêts à payer ces pionniers d’une aire nouvelle…

Je vous ai présenté il y a quelques temps le livre de Christophe Galfard intitulé L’univers à portée de main (voir plus bas). J’espère que vous avez eu l’occasion de le lire car le roman dont il est question maintenant s’inscrit dans le droit prolongement du livre de Christophe Galfard. Il a pourtant été écrit quarante-cinq ans avant!
Bien sûr la théorie de la relativité générale telle que l’a formulée Einstein a été publiée en 1915 et Poul Anderson n’a rien inventé. Il a pourtant su transformer tous ces concepts abstraits en un prodigieux roman de science-fiction – ces deux derniers mots prenant ici tous leur sens. Scientifiquement bien étayé – sans tomber dans la hard-science – le récit nous emmène aux confins de l’univers dans un vaisseau spatial, condamné suite à un accident, à accélérer indéfiniment sans pouvoir, bien sûr, atteindre la vitesse de la lumière.
Si ce pitch est la base du roman, il ne limite en rien la richesse du récit. Car cette situation extrême permet à l’auteur de nous décrire une petite communauté humaine dont les comportements civilisés seront bien malmenés par l’épreuve qu’elle doit traverser.
Beaucoup de romans dits de science-fiction ne font qu’utiliser un décor pour un récit facilement transposable. Il n’en est rien ici. Tau Zéro est un vrai roman de science-fiction comme il y en a peu et rien que pour cela il me semble important de le découvrir.

Tau Zéro aux éditions Le Belial

Laisser un commentaire (le "Nom obligatoire" est le pseudo sous lequel vous désirez apparaitre)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s